Hung Huang, chef de file du soft power à la chinoise

0

Fondatrice du magazine de mode chinois iLOOK, d’un nouveau concept-store “Fashion made by Chinese”, et blogueuse engagée suivie par des millions d’internautes, Hung Huang est bel et bien une figure de premier plan dans l’essor d’un soft power à la chinoise.

Le Time la classe d’ailleurs parmi les 100 personnalités les plus influentes dans le monde.

Pour Hung Huang, la mode a toujours eu sa place en Chine, même pendant les périodes les plus difficiles comme la Révolution culturelle. “Ce n’était ni glamour ni chic, mais fonctionnel et simple, dit-elle, et c’était intégré à nos vies”. Depuis elle considère que la Chine a connu 2 périodes: les années 80 et 90, pendant lesquelles les Chinois étaient “trop occupés à copier pour créer”, et le début des années 2000, jusqu’à maintenant, ou l’on assiste à l’éveil d’une génération de nouveaux créateurs comme Wang Yiyang par exemple. Tous encore très jeunes, ils cherchent leur propre voie, leur propre originalité.

Hung Huang a créé pour eux un nouveau concept-store, “Brand New China”, dans lequel ils peuvent s’exprimer et vendre leurs créations.

Selon elle, les marques occidentales vendent du glamour, mais ces nouveaux créateurs communiquent de manière beaucoup plus émotionnelle, et parlent à cette nouvelle classe moyenne chinoise, qui s’ouvre de plus en plus à l’occident, tout en restant très attachée à ses racines.

Le Figaro Madame nous offre un portrait exclusif de Hung Huang, cette gourou de la “chinese touch”.

Share.

Répondre

4 + 2 =