Le fondateur de White as Milk nous parle bébés à Singapour!

1
 
Il y a quelques années, alors qu’il vivait à Singapour, Guillaume a eu l’idée de fonder un site internet offrant un abonnement “couches” aux nouveaux parents singapouriens : White as Milk était né!
Depuis, le site a bien grandi et offre maintenant toutes sortes d’accessoires pour bébés ayant une “French touch”!
En tant qu’expert des bébés singapouriens, Guillaume nous offre sa vision d’entrepreneur français sur ce monde à part :
Meinu : “la natalité est faible à Singapour (cf campagnes choc pour faire des bébés), est-ce que du coup les enfants y sont les rois?
Guillaume : en effet la natalité est faible à Singapour. Les raisons qui sont données la plupart du temps sont les coûts financiers importants pour élever un enfant dans un pays où le coût de la vie est élevé. Certains jeunes adultes disent qu’ils ne veulent pas faire d’enfants car ils ne veulent pas donner à leurs enfants la vie qu’ils ont eu étant petit. Le système d’éducation est très compétitif et tous ne l’ont pas très bien vécu. Les enfants y sont peut-être rois, je ne peux pas trop me prononcer. Ca ne m’a pas marqué. Si la natalité est faible ce n’est pas parce que l’enfant unique est imposé, mais parce qu’elle n’est pas voulue.
Meinu : et comparé à la Chine, tu en penses quoi?
Guillaume : en Chine par exemple, la politique de l’enfant unique a conduit à l’enfant-roi, car les parents n’ont pas eu le choix. Mais ma comparaison va s’arrêter là, car je ne connais pas plus que ça les us et coutumes de la Chine, n’y ayant pas vécu 🙁 Pour ça il faudrait que tu fasses l’interview de Jean-Yves d’Amiwa !
Meinu : vois-tu des habitudes singapouriennes particulières qui touchent aux enfants? (baby shower, etc…)
Guillaume : une habitude singapourienne qu’on a pratiqué spontanément, sans nécessairement savoir que ça ne se faisait pas en France est le swaddle (l’emmaillotement). Les sage-femmes l’ont fait naturellement à l’hôpital et nous avons reproduit le geste. Les bébés sont emmaillotés dans un large bout de tissu carré pendant leur sommeil. Ils ont l’air d’apprécier et de se sentir bien.
Le confinement qui est une pratique réservée à la mère, interdit à celle-ci de sortir de chez elle pendant le mois après la naissance. Il y a d’autres règles à respecter qui varient selon les coutumes familiales comme des régimes alimentaires et hygiéniques…
Meinu : quel est le prénom le + donné à Singapour?
Guillaume : c’est une bonne question et aussi une colle… Ça me donne envie de le googler. Les prénoms donnés sont très souvent d’inspiration américaine et souvent il y a deux prénoms à donner : un nom chinois et un nom occidental.
Meinu : quels sont les produits pour bébés qui marchent là-bas?
Guillaume : je pourrais vous faire une petite étude de marché sur les marques de couche. Je vais juste donner une anecdote amusante. Pampers en France est leader sur le marché avec plus de 50% des parts de marché. A Singapour, il y a 5 grandes marques de couches qui se partagent le marché presque de manière équivalente : Pampers, Huggies, MamyPoko, Petpet et Drypers. Mais un nouvel arrivant est apparu il y a quelques années et a fait son trou rapidement : Merries. Marque japonaise qui est, c’est vrai, de très bonne qualité. Ils sont forts ces Japonais!”
Meinu : sont-ils fans des produits pour bébés venant d’Europe?
Guillaume : les parents singapouriens aiment bien les produits d’Europe, mais il faut qu’ils aient une certaine notoriété. Ce ne sont pas trop des dénicheurs, enfin pas tous…”
Merci beaucoup Guillaume pour ces anecdotes intéressantes sur ce monde des bébés à Singapour! Plein de succès à White as Milk! (WAM pour les intimes 😉 )
Share.

1 Comment

Répondre